Découvrir

Se rendre à la Mairie de Faucon

L’Histoire de Faucon

Petit village perché sur une colline avec un magnifique panorama sur les Préalpes et le Mont Ventoux.  Ancienne cité fortifiée, les maisons sont construites en pierre du pays, et cette unité architecturale donne beaucoup de cachet au village. A ne pas manquer la balade du Pont du Gourmier, à la sortie du village pour les véritables amoureux de la nature.

Dans la forêt, au quartier de la Montagne, quelques belles bories. De jolies chapelles champêtres sont à voir également. Plusieurs sentiers ont été aménagés.

Plus d’histoire

La présence humaine est ancienne sur ce lieu puisque attestée par des traces d’habitat du néolithique et de l’âge de bronze et par des stèles romaines gravées. Fief des comtes de Toulouse aux XIIème et XIIIème siècles, Faucon fut rattaché aux états pontificaux en 1274. Aujourd’hui, ce petit village garde son allure de ville fortifiée.

Le village aujourd’hui

Faucon vit essentiellement de la vigne et du vin. Dans cette zone de Côtes du Rhône, deux caves particulières pratiquent l’agriculture biologique et les autres récoltes vont aux coopératives.

Ce village est la patrie d’origine de l’abricot « Orangé de Provence« . C’est un ingénieur agronome fauconnais, Charles Cornu, qui a ramené le premier spécimen des Balkans, sous le nom de « polonais » qu’il diffusa dans toute la Provence.

Violette Leduc, romancière, une proche de Simone de Beauvoir a acheté et rénové une maison à Faucon qu’elle a habité jusqu’à sa mort en 1972.

Incontournable

L’église paroissiale Saint-Germain, d’une date inconnue, a été restaurée en 1668 et 1677 comme l’attestent les dates inscrites à l’intérieur. Le chevet est plat.

Vous apercevrez au-dessus de la place des Tilleuls, à côté de l’église, la rue du Belvédère qui vous mènera devant une arche médiévale qui surplombe la vallée et encadre une très belle vue sur la face nord du Mont Ventoux.

Le bourg possédait son rempart dont restent des tours en ruines que l’on aperçoit en regardant vers le Ventoux. De la rue de l’Aparand, vous découvrirez quelques vestiges du château féodal.

Diverses chapelles sont à découvrir comme la chapelle Notre Dame des Sept Douleurs, qui fut construite en 1644 et restaurée en 1850, et la chapelle de Sainte Colombe qui présente une pierre portant la signature de l’artisan tailleur de pierres UGO.